La respiration en sophrologie

Souffle de vie dès les premiers instants de la naissance, réaction instinctive de survie pour adapté nos poumons destinés à fonctionner avec l’instrument air, la respiration est la fonction essentielle qui fait de tout être, un être vivant, le dernier souffle annonçant le passage dans l’au-delà.

La mise en fonction du système respiratoire se fait quasi immédiatement lors de la mise au monde, à la séparation du ventre protecteur de la mère, notre toute première expression par un cri est accueillie dans l’émotion de joie.

Son rythme devient inné, respirer est un acte devenu si naturel que nous en oublions l’existence de ce système.

En sophrologie nous développons notre capacité d’attention sur chaque respiration douce pour obtenir la relaxation du corps.

Pour prendre conscience de la forme du corps, de la présence de notre corps dans la conscience nous inspirons profondément l’air, puis effectuons une tension de tout le corps tout en bloquant la respiration, puis nous expirons en effectuant un relâchement de la tension, des muscles, ainsi nous obtenons une agréable sensation de relaxation, de bienêtre.

Nous activons le sentiment positif, de sérénité, et découvrons notre capacité à activer la relaxation dite dynamique.

Au rythme de la respiration qui gonfle notre cage thoracique comme un ballon de baudruche sur l’inspire et le dégonfle doucement à l’expire, nous entrons peu à peu dans cet état de relaxation qui peut aller jusqu’à la quiétude.

Ainsi il existe une pratique consistant à prendre conscience également de notre respiration abdominale. Cette respiration primaire est celle des enfants que nous oublions devenu adulte ;

Avez-vous déjà pris conscience du trajet de l’air qui passe par vos narines, se diffuse dans vos poumons, mais qui descend également jusque dans votre zone abdominale ?

Votre ventre va se gonfler et se dégonfler lui aussi comme un ballon et nous poserons l’attention sur le temps de pause de la respiration, qui offre un espace infinitésimal que nous pouvons peu à peu élargir pour accentuer le ressenti de sérénité. C’est une des bases des principes de la méditation, utilisé par les bouddhistes et les yogis.

A quoi cela sert-il ?

A nous faire prendre conscience que nous avons la capacité de revenir à un rythme naturel de notre respiration et ainsi favoriser un état de relaxation, donc une libération du stress, une amélioration du sommeil, une meilleure oxygénation de notre cerveau.

En effet nous ne respirons plus de façon naturel et nous bloquons notre respiration lorsque nous sommes notamment en état de stress.

Prendre cinq minutes de notre temps, par exemple sur notre lieu de travail, juste pour poser notre conscience sur notre respiration, permet d’améliorer nos capacités de réflexions et donc d’adaptation face à une problématique, ou un rythme soutenu qui occasionne une pression intellectuelle ou physique.

La respiration douce et calme favorise une sensation de paix, de tranquillité dans notre corps, notre esprit et notre être tout entier.

Et comme le dit Natalia Caycédo : « Prends soin de ton cerveau, pour que ton cerveau prenne soin de toi ! »